Appel à candidatures, Recrutement | Recherche, Emploi

Création du GDR « Défis théoriques pour les sciences du climat »

Du 1 janvier 2022 au 1 janvier 2026

Site actualite

Ce GDR regroupe la communauté des théoriciens : physiciennes, climatologues, océanographes, atmosphériciens, mathématiciennes, informaticiens, sciences numériques, machine learning (apprentissage automatique), qui travaillent sur les sciences du climat.

Bonjour à tous,
 
Nous sommes très heureux de vous annoncer la création du GDR « Défis théoriques pour les sciences du climat » en ce début d’année 2022.
 
Ce GDR regroupe la communauté des théoriciens : physiciennes, climatologues, océanographes, atmosphériciens, mathématiciennes, informaticiens, sciences numériques, machine learning (apprentissage automatique), qui travaillent sur les sciences du climat. Le but du GDR est de développer des outils théoriques et numériques novateurs pour dépasser les limites scientifiques actuelles. Les approches de physique statistique, modélisation de la turbulence, mathématiques, d’apprentissage automatique, permettront d’approfondir la compréhension des mécanismes fondamentaux, améliorer les modèles, et mieux prédire les événements extrêmes. Ces progrès permettront de réduire les incertitudes sur les impacts du changement climatique. Ce GDR a une vocation fortement interdisciplinaire et implique les chercheurs de plusieurs instituts du CNRS, de nombreux autres organismes français et d’entreprises. Il s’agit d’une initiative de l’INP au CNRS soutenue par l’INSU et l’INSMI. 
Ce GDR s’adresse aux doctorantes, post-doctorants, enseignants chercheurs et chercheuses.
Il s’adresse aussi à des scientifiques des disciplines connexes qui souhaitent faire évoluer leurs recherches en direction des sciences du climat. 
 
Vous trouverez plus d’information sur le site web :
 
Si vous souhaitez participer aux activités du GDR, vous pouvez vous inscrire à cette liste de diffusion :
 
Vous pouvez également noter les deux premiers événements organisés par ce GDR.
1) Les journées de lancement du GDR auront lieu du 15 au 17 juin dans l’auditorium TOTEM de l’institut des sciences complexes, à Paris.
2) Une école sur la sensibilité climatique du 19 au 21 septembre 2022, couplée à un workshop « Mathématiques et physique théorique du climat » du 21 septembre au 23 septembre 2022, organisés avec le Labex MI-Lyon et l’Institut des Mathématiques pour la Planète Terre, à l’ENS de Lyon.
 
Pour nous joindre par e-mail : defi-theo-climat-request@listes.math.cnrs.fr 
 
Pourriez vous s’il vous plaît faire suivre cette annonce dans vos laboratoires et aux personnes potentiellement intéressées. 
 
En espérant vous voir bientôt, 
 
Le bureau 
• Freddy Bouchet (CNRS, ENS de Lyon)
        • Julien Brajard (NERSC, Sorbonne Université)
• Anne Laure Dalibard (Sorbonne Université)
• Bruno Deremble (CNRS, IGE, Grenoble)
• Davide Faranda (CNRS, IPSL et LSCE, CEA Saclay)
• Sophie Giffard-Roisin (IRD, ISTerre, Grenoble)
• Corentin Herbert (CNRS, ENS de Lyon)
• Claire Ménesguen (IFREMER, LOPS, Brest)
Et le comité scientifique du GDR
  • Climat, océan et atmosphère : Jean Louis Dufresne (CNRS, IPSL et LMD, Sorbonne Université), Davide Faranda (CNRS, LSCE, IPSL, LMD, ENS), Guillaume Lapeyre (CNRS, LMD ENS), Julien Le Sommer (CNRS, IGE, Grenoble) et Rym Msadek (CNRS, CECI/CERFACS).
  • Machine learning et climat : Ronan Fablet (IMT Atlantique).
  • Mathématiques et climat – EDP : Didier Bresch (CNRS, université de Savoie) et Anne Laure Dalibard (Sorbonne Université).
  • Mathématiques et climat – Statistique : Anne Laure Fougères (ICJ, Université de Lyon) et Philippe Naveau (CNRS, CEA Saclay, LSCE).
  • Mathématiques et climat – Analyse numérique et assimilation de données : Marc Bocquet (CEREA, École des Ponts ParisTech et EdF R&D), Laurent Debreu (INRIA, Grenoble).
  • Modélisation stochastique : Étienne Mémin (INRIA, Rennes).
  • Physique et dynamique non-linéaire et climat : Basile Gallet (CEA, SPEC, Saclay) et Antoine Venaille (CNRS, et ENS de Lyon).
  • Physique statistique et climat : Freddy Bouchet (CNRS, ENS de Lyon) et Bérengère Dubrulle (CNRS, CEA Saclay, SPEC).
  • Turbulence et écoulements géophysiques : Jérémie Bec (CNRS, CEMEF MINES ParisTech, SophiaAntipolis).
  • Relations entres observations, données et intégration dans les modèles : Bertrand Chapron (LOPS, IFREMER/Brest) et Claudia Stubenrauch (CNRS, LMD, Sorbonne Université).